Le psoas est un muscle profond allongé et fusiforme.
C’est le seul du corps humain qui relie les jambes à la colonne vertébrale. Il commence à partir de la vertèbre dorsale (thoracique) T12, passe par les cinq vertèbres lombaires et s’insère sur le fémur au niveau du trochanter. Il affecte la mobilité, l’équilibre structurel, la fonction articulaire, la flexibilité, et bien plus encore.
C’est l’un des principaux fléchisseurs de la hanche et également un faible rotateur externe. Il contribue à l’équilibre structurel,  à la posture en station debout, à la marche et à la fluidité du corps en mouvement.  Mais son rôle dépasse aussi la pure fonction mécanique…

LE MUSCLE DE L’AME

Le psoas est aussi appelé « muscle de l’âme ». Il existe une liaison indirecte entre le psoas et la partie la plus ancienne de notre tronc cérébral et la moelle épinière, appelé le cerveau reptilien. Celui-ci est siège des émotions primaires et notamment de la peur. Il réagit selon une construction binaire de  «fuite ou combat ».

Beaucoup de facteurs de la vie moderne limitent les mouvements naturels du corps, faussent la posture et contractent davantage le psoas. Vêtements serrés, posture assise sur des chaises inadaptées chaussures, sédentarité entravent la flexibilité du psoas et génèrent des tensions, un manque d’énergie, des angoisses inexpliquées, une fatigue chronique. 

Il existe de surcroit connexion du psoas au diaphragme: leurs insertions sont très intriquées et ils peuvent en cela former une chaîne de tension : un mauvais schéma respiratoire peut engendrer la crispation psoas et réciproquement, un psoas tendu peut entrainer un sentiment d’oppression sur la cage thoracique ou d’étouffement.

DIGESTION ET SYSTEME REPRODUCTIF 

C’est l’un des responsables dans douleurs lombaires, les blessures au genou ou les douleurs de hanche. Un psoas contracté perturbe l’amplitude des mouvements, ainsi que tout le système digestif, le fonctionnement de la vessie, des organes de reproduction…

Le psoas droit notamment se situe au niveau du caecum qui n’est autre que le lieu où le chyme (ce qu’il reste des aliments une fois que 90% des nutriments-vitamines et minéraux ont été absorbés) se déverse dans le gros intestin. C’est donc un muscle « poubelle » qui peut être rapidement saturé par  une alimentation trop riche en graisses, en sucres,  aliments industriels, additifs mais également par la prise de médicaments. Le surplus de toxines qui en découlent va engorger les intestins et indirectement en amont le muscle psoas. Celui-ci va se contracter, se raccourcir et tirer sur les vertèbres lombaires. Le dos, en réaction, se cambre de manière accrue pour compenser.

Dernier point, le psoas se situe directement dans le rail des reins avec lequel possède une aponévrose commune (mais aussi avec le muscle iliaque, le carré des lombes). Il s’agit du fascia iliaca dan lequel que s’accumulent les toxines !

UN PSOAS FORT ET SOUPLE ! 

Le psoas est encore plus malmené l’hiver durant lequel il est coutume de ralentir le rythme. Plus de temps passé position assise, moins de sport… favorisent les raideurs.

Étirer le psoas et le drainer manuellement permet d’équilibrer l’énergie et se sentir plus aux prises avec le moment présent. La stabilité structurelle et émotionnelle attribuée à un psoas en bonne santé permet au Prana ou Qi (énergie vitale) de circuler librement.

Etirement à genoux 

La jambe arrière est appuyée sur le genou et le tibias et la jambe avant fléchie à 90° en appui sur le pied. Le bassin est en rétroversion (pubis vers l’avant) tout en conservant le buste droit. Pour aller plus loin dans l’étirement, deux variantes :

  • Tendre les bras vers le ciel largeur épaules ou plus selon la mobilité ;
  • Attraper le coup du pied avec la main et de le ramener sur la fesse.

Etirement debout 

Le pied avant est appuyé sur une chaise ou tout autre support en hauteur. Le genou est fléchi  vers l’avant et le bassin retroversé. Le talon reste au sol tout au long du mouvement.Pour aller plus loin, une variante :

  • Attraper le coup du pied avec la main et de le ramener sur la fesse.

Etirement au sol 

Allongé sur un tapis, une jambe est ramenée sur la poitrine et l’autre tendue au sol. Pour aller plus loin, une variante :

  • Se positionner sur une table, fesses proche du bord afin de relâcher une jambe dans le vide.

Une vidéo très utile par la @Jack’s Team :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s