Préparation mentale : quand l’esprit fait la différence

Réaliser une performance sportive, quel que soit le niveau, suppose une certaine discipline. Mais les capacités physique de tout athlète ont des limites facilement atteignables : la dimension psychologique doit alors prendre le relais et se trouve au cœur de toute progression. A entrainement, tactique, niveau, technique, diététique et physique équivalents, la différence se joue souvent sur le conditionnement de l’esprit. La préparation mentale va ainsi permettre au sportif de mieux utiliser ses propres ressources.

PRÉPARATEUR MENTAL, UN MÉTIER EXIGENT

Le préparateur mental peut avoir à travailler en synergie avec les autres corps de métier qui encadrent le sportif : coach ou entraîneur,  médecin du sport, kinésithérapeute, ostéopathe,  physiologiste… Il possède une base solide en psychologie à laquelle s’ajoutent des formations dans une ou plusieurs méthodes de préparation mentale: relaxation, sophrologie, PNL, hypnose… En général le préparateur mental à fait l’expérience personnelle de la compétition, ce qui l’aide à comprendre et mieux appréhender les émotions rencontrées par un sportif.

LES PRINCIPAUX BÉNÉFICES D’UNE PRÉPARATION MENTALE

Gestion du stress:

Le préparateur physique aide le sportif à évacuer le stress paralysant (peur de perdre, pression extérieure…) dû à une sécrétion inappropriée d’adrénaline par les fibres sympathiques. Celui-ci se manifeste entre autre par des troubles digestifs, une sudation importante, une envie fréquente d’uriner, une tachycardie, ou encore de l’hypoglycémie réactionnelle. Parallèlement, il apprend à conserver le « bon stress » qui est lié quant à lui à la sécrétion d’adrénaline par les glandes médullosurrénales cette fois-ci. Schématiquement, ce phénomène  va entraîner la baisse du taux circulant d’insuline et améliorer la libération du glucose. 

Rapport à la souffrance:

La notion de souffrance est également un paramètre sur lequel une préparation mentale peut influer.

  • La douleur physique liée à une blessure : l’idée est d’accélérer et optimiser les processus de guérison et d’aider le sportif à rester en contact avec l’entrainement grâce à différentes techniques mentales.
  • La douleur physique durant l’effort : il s’agit d’abord de la faire accepter puis d’apprendre à fixer son attention uniquement sur des images et des sensations positives.
  • La douleur physique après l’effort : un travail sur les fréquence cardiaques, respiratoires et sur de la relaxation est réalisé afin de mieux récupérer.
  • La douleur mentale : elle fait entrer en compte la capacité « d’encaissement », de dépassement de soi. La prise en charge permet d’améliorer la combativité, toujours dans le respect du sportif, sa volonté, ses capacités.

Amélioration du bien être et de la qualité du sommeil:

Prévenir et guérir les troubles du sommeil pour permettre une bonne récupération, savoir gérer les soucis du quotidien afin qu’ils n’influent pas sur la performance sont autant d’aspects nécessitant un accompagnement psychologique.

Acquisition d’un un schéma corporel et psychomoteur parfait:

La conscience – et connaissance-  du corps passe par une reconnexion de celui-ci à l’esprit, une excellente appréhension de l’environnement dans lequel il est amené à évoluer et des signaux internes (battement du coeur, respiration, sensations…). A cela se combine naturellement la capacité à corriger des gestes techniques pour progresser.

Réactions face aux défaites et aux échecs:

Le sportif peut rencontrer des périodes de baisse de motivation, de baisse de confiance, d’échec ou de blessures à répétitions. Ces étapes difficiles peuvent faire l’objet d’un accompagnement psychologique tourné vers des projections positives.

LES TECHNIQUES DE BASE 

Les techniques de méditation et le Yoga

Ils ont pour objectif de permettre de trouver le silence intérieur, la maîtrise de soi et in fine une amélioration de la concentration.

Les techniques cognitivo – comportementales

Elles permettent de modifier un comportement inadapté en privilégiant  le moment présent pour évacuer les pensées négatives qui perturbent le sportif.

La Programmation Neuro – Linguistique

Cette pratique dont l’aspect principal est le relationnel invite à adopter des attitudes et des pensées positives en identifiant et utilisant le canal de communication (visuel, auditif, olfactif et kinesthésique) le plus adapté à la personne.

Les techniques d’imagerie mentale

L’imagerie et la répétition mentale se caractérisent par la répétition symbolique d’une action, d’un mouvement ou d’une situation. L’avantage est de pouvoir  ressentir toutes les sensations que cela peut procurer.

Les techniques induisant des états modifiés de conscience

Ces techniques ont pour objectif la modification de l’état de conscience de l’individu pour changer certains comportements individuels et de les adapter à une situation. Il s’agit par exemple de l’hypnose (Ericksonnienne) ou de l’EMDR.

La Sophrologie

La sophrologie développe la conscience de façon à harmoniser le corps et l’esprit, en chassant peurs, angoisses et tensions. Elle permet de réduire le stress pré-compétitif et maîtriser la dimension affectivo-émotionnelle.

SE CONDITIONNER SEUL.. QUELQUES ASTUCES

Tout le monde ne pratique pas un sport à haut niveau et n’a pas accès à un préparateur mental. Il existe néanmoins quelques règles,directement tirée des méthodes professionnelles et accessibles qui permettent de se préparer à un effort.

  • Visualiser l’objectif visé :  certaines études suggèrent que l’entraînement mental peut être presque aussi efficace que l’entraînement physique.,Les schémas cérébraux seraient les mêmes que l’athlète réalise un mouvement ou l’imagine. Cette technique peut favoriser la motivation, la confiance en soi et améliorer les performances motrices.
  • Méditer souvent : la méditation ou encore le yoga augmentent la concentration et le spectre d’attention. Ces techniques peuvent aider à améliorer les performances mentales grâce à la réduction du stress et un meilleur  équilibre émotionnel.
  • Créer un discours intérieur :  un monologue instructif (ex. « sois explosif! »), valorisant (ex. « tu peux largement le faire! ») et motivant (« maintenant tu vas tout donner! ») permet à l’esprit de guider l’action et de garder le contrôle sur des pensées positives, tournées vers la réussite.
  • Se fixer des objectifs  : ils doivent être quantifiables, mesurables et surtout.. réalisables afin de ne pas rester dans l’à peu près ni de rentrer dans un schéma de frustration démotivant.
  • Entrer dans un état de conscience modifié :  le « flux » permet de se plonger profondément dans l’action en cours en empêchant toute distraction ou perturbation de polluer l’esprit.

 

Quelque soit l’objectif, le mode de préparation (accompagné ou non), il s’agit avant toute chose de bien apprendre à connaître ses réactions face à une épreuve pour mieux cerner ses besoins et savoir évaluer son niveau de stress. Chacun est différent et peut être plus ou moins réceptif aux différentes techniques de préparation mentale. L’essentiel étant de trouver ses propre drivers et d’accepter de travailler ses faiblesses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s